Conseil

ACCUEILLIR MAGAZINE  met à votre disposition son expérience et ses conseils pour ouvrir et bien gérer votre demeure Rêve de Châteaux accueillant des hôtes.

A suivre sur http://www.accueillir-magazine.com/

CHAMBRES D’HÔTES

L’activité de chambres d’hôtes est limitée à cinq chambres pour une capacité maximale d’accueil de quinze personnes. La prestation comporte, a minima, la nuitée, le petit déjeuner et la fourniture du linge de maison. Selon le niveau de gamme, les contraintes architecturales et le choix du loueur, les sanitaires peuvent être privatifs ou partagés, attenants ou séparés, et les toilettes séparées ou non des salles d’eau. Une information précise sur ces sujets doit être fournie au moment de la réservation pour éviter tout malentendu.

Contrairement à la location saisonnière, l’accueil doit être assuré par l’habitant et les chambres situées dans sa demeure ou dans une dépendance sur la propriété. L’habitant doit déclarer son activité de chambres d’hôtes à la mairie avant de se lancer. L’activité peut être menée sur tout ou partie de l’année.

Les séjours en chambres d’hôtes sont généralement de courte durée, un week-end, deux ou trois nuits. Leur gestion nécessite une bonne organisation et le loueur doit assurer de multiples tâches : relations publiques, promotion, gestion des réservations, accueil des visiteurs, préparation du petit déjeuner ou de la table d’hôtes si elle est proposée, entretien des chambres et des parties communes, facturation et comptabilité… Aujourd’hui, le succès des chambres d’hôtes dépend largement de la promotion sur internet. Le loueur doit bien en comprendre les enjeux et consacrer une part importante de ses efforts à rendre ses chambres d’hôtes visibles et accessibles aux réservations sur internet.

Le choix du statut juridique et du régime fiscal revêt également de l’importance. Le loueur peut agir en nom propre en tant qu’entrepreneur individuel (micro-entrepreneur…) ou créer une société dont il sera le dirigeant (SARL, SAS…). Selon le chiffre d’affaires attendu, les charges d’exploitation et les travaux, il peut relever du régime micro ou opter pour le bénéfice réel, il peut facturer et récupérer la TVA sur les charges et les travaux ou y renoncer avec le régime de la franchise en base de TVA. Tous ces choix ont un impact significatif sur la rentabilité de l’activité.

Le chiffre d’affaires est limité en raison de la capacité maximale de cinq chambres d’hôtes, mais il peut compléter des revenus et financer certaines charges liées au bâtiment. De plus, louer des chambres d’hôtes est compatible avec d’autres activités, comme les locations saisonnières ou l’organisation de réceptions.

LOCATIONS SAISONNIERES ET MEUBLES DE TOURISME

Proposer une location saisonnière ou un meublé de tourisme, c’est mettre à disposition des visiteurs un lieu d’habitation leur permettant d’y passer des vacances sans y élire domicile. Il peut s’agir d’une dépendance ou d’un appartement indépendant installé dans le bâtiment principal. Dans tous les cas, le logement comporte au moins une pièce principale, un espace cuisine, une salle d’eau et des toilettes ainsi que les meubles et matériels nécessaires à la vie courante des occupants.

La location saisonnière nécessite un contrat écrit dont la durée doit être inférieure à 90 jours. Le plus souvent, le logement est loué à la semaine du samedi au samedi, mais le loueur peut louer sur des périodes plus courtes, c’est lui qui fixe la durée minimale des séjours. Le contrat de location peut s’accompagner ou non de prestations de services : ménage, location de draps, fourniture du petit déjeuner ou de repas…En annexe du contrat, la réglementation impose au loueur de fournir un état descriptif détaillé du logement et de ses équipements.

L’ouverture du meublé de tourisme doit être déclarée en mairie. Comme les chambres d’hôtes, l’activité peut être assurée sur tout ou partie de l’année. S’il le souhaite, le loueur peut faire classer le logement en étoiles en faisant appel à un organisme agréé ou accrédité pour effectuer les visites de classement. Le classement officiel valable cinq ans définit des niveaux de confort et d’équipement allant de 1 à 5 étoiles.

L’activité peut être menée en tant que particulier ou en tant que professionnel, tout dépend du niveau de chiffre d’affaires dégagé. Pour ce qui concerne l’imposition des revenus de la location, le loueur a le choix entre le régime de loueur en meublé non professionnel et celui de loueur professionnel. La question de la TVA nécessite une attention particulière car les locations saisonnières sont généralement exonérées de TVA sans possibilité d’option.

La grande majorité des locations saisonnières concerne des logements de quatre ou cinq personnes et s’adressent aux familles. La décoration et l’aménagement du logement vont leur donner envie ou pas de séjourner sur place. Le loueur doit attacher également beaucoup d’importance à la visibilité de son hébergement sur internet, une grande part des réservations s’effectuant sur la toile.

La location saisonnière peut venir en complément de l’activité chambres d’hôtes. En revanche, contrairement à celle-ci, elle n’est pas forcément située sur la même propriété et la gestion et l’accueil peuvent être complètement délégués à des tiers. Attention, si la capacité d’accueil du meublé de tourisme dépasse 15 personnes, il faut respecter les normes incendie et accessibilité applicables aux Etablissements recevant du public (ERP).

MARIAGES ET RECEPTIONS

Organiser des mariages ou des réceptions dans sa demeure ne s’improvise pas. La réussite de ce projet suppose de prendre en compte tous les aspects de la manifestation et de ne pas négliger les réglementations applicables aux Etablissements recevant du public (ERP).

Accès, stationnement des véhicules, vestiaire, cuisine, locaux techniques, livraisons, sanitaires, nuisances sonores, sécurité incendie, accessibilité … tous ces éléments doivent être étudiés. De plus, des normes de sécurité incendie et d’accessibilité vont s’appliquer en fonction de la superficie des locaux et de la capacité déclarée. Dans la plupart des cas, des travaux seront nécessaires afin d’obtenir un avis favorable de la commission de sécurité.

De nombreux propriétaires ne se limitent pas à la location de la salle et proposent leurs services pour organiser l’événement dans ses différentes modalités : location de matériel, recrutement et gestion du personnel, animations, achat de boissons, traiteur… Il s’agit de la création d’une entreprise événementielle à part entière où le loueur propose un ensemble de services plus ou moins clés en mains.

La promotion de cette activité passe de plus en plus par internet, de très nombreux clients commençant leurs recherches de salles en ligne. Le propriétaire doit être visible sur la toile et y présenter une description claire des lieux de réception, des équipements et des services associées. Comme pour les chambres d’hôtes et les locations saisonnières, la qualité des visuels est un élément particulièrement important.

L’organisation de réceptions peut générer des revenus significatifs. Une réflexion sur le statut juridique et la fiscalité de l’entreprise est indispensable. Dans de nombreux cas, les plafonds de chiffre d’affaires du régime micro sont insuffisants et il faut s’orienter vers le régime du bénéfice réel avec assujettissement à la TVA. Il convient d’estimer correctement le coût des travaux nécessaires avant de se lancer.